Voyage « Origine Sancy »: à la (re)découverte d’un beau massif!

Certains petits coins de France vous charment à chaque passage. Je suis finalement allé bien souvent sur le massif du Sancy, mais la beauté des paysages, la qualité de vie (malgré une certaine rigueur du climat!), me ravissent toujours. J’y ai assez souvent couru et marché, mais c’est avec plaisir que je suis retourné entre le Mont Dore et la Bourboule pour un voyage de presse dédié aux activités de plein air en hiver, avec en prime un petit coté cosy: bons restaurants et hébergements sympas étaient au programme (le thème du voyage était aussi « week-end en couple » ;-)) !

Nous avons d’ailleurs inauguré le week-end par une nuit au cœur de la montagne, blottis à l’auberge des 500 diables. Il ne fait pas bien chaud, il faut prendre garde où l’on met les pieds avant d’accéder aux chambres car de bonnes plaques de verglas animent la promenade, mais le décor est déjà bien beau. Je connaissais déjà l’endroit pour y être passé un jour d’été, par temps de pluie et de fort vent, mais il faut reconnaître que la neige lui donne un charme supplémentaire.

DSC_0257

Le lendemain matin, direction la Vallée de Chaudefour. Là aussi, je connais assez bien l’endroit mais ne me rappelle pas l’avoir trop admiré sous la neige. Notre balade à raquette, en compagnie de notre accompagnateur Cédric (qui est, je l’apprendrai plus tard, le maître de stage de mon pote Damien, qui est actuellement en formation dans le domaine) et du petit groupe de journalistes présents, est bien agréable: le rythme est très cool, le profil facile, mais nous pouvons admirer à loisir la montagne, les accidents rocheux ou plutôt volcaniques des lieux, qui ont formé au cours des siècles de curieuses sculptures naturelles: crête du Coq,  dent de la Rancune (je n’en ai aucune pour ces lieux!), aiguille au Moine.

 

Une petite gorgée d’eau ferrigineuse plus loin (la source de Sainte-Anne est célèbre pour les vertues de ses eaux au goût plus que particulier!) et nous voilà revenu.

J’aime toujours me « challenger », mais je tente aussi de profiter des moments plus « doux » que peuvent offrir les voyages, la nature et les beaux environnement. Ce week-end est plutôt dédié à cela: j’aurai le temps, cette année, de pousser mon corps dans ses retranchements, alors goûtons pour l’instant à la détente: nous déjeunons dans une des meilleures tables de la Bourboule, l’amuse bouche (leur page fb ici: Facebook.com/lamuse.bouche ). C’est plus que bon. Nous poursuivons cette belle journée par une large pause au pôle aqualudique Sancy’o, piscine avec une très belle vue sur le massif et les sommets tous blancs, sauna et hamam… J’ai connu des moments plus difficiles!

Mais le Sancy, c’est aussi un terroir, et bien sûr un fromage, le Saint Nectaire (la commune est juste en bas). Nous terminons la journée par une visite du GAEC des estives. Cela nous permet de voir comment est fabriqué le fameux fromage, puis là où sont conservées les Saint-Nectaires, plusieurs semaines, avant leur mise en vente. Et bien pour ceux qui pensent que le fromage rend gras, la fermière, la soixantaine bien sonnée, qui nous a reçu semble posséder une musculature sèche et tonique comme peu de personnes de cet âge! Et voir la fabrication de l’aliment, rendre visite aux vaches dans leur étable, ne vous dégoûte absolument pas d’en manger. Au contraire, je suis bien content de repartir avec un Saint Nectaire entier!

www.fromages-aop-auvergne.com

Un peu plus tard, nous prenons la direction de Murat-le-Quaire, un petit village sur les hauteurs de la Bourboule (à quelques pas de la ferme au Saint-Nectaire finalement). C’est là que nous passerons la nuit, dans une chambre d’hôte bien sympathique, la maison de la fontaine. Un couple de normand l’a ouverte il y a deux ans. Amoureux de la région, ils se sont décidés, à l’aube de la cinquantaine, à un changement de vie. Nathalie a quitté l’éducation nationale, ils se sont installés sur le massif et on retapé cette maison de bourg (construite entre les 17e et 19e siècle selon les pièces), partiellement un ancien café, pour en faire cette agréable demeure d’hôte décorée avec goût. Nous y dînons bien agréablement, en conversant avec le couple et les autres hôtes du soir. On parle bien entendu voyage: un couple revient de plusieurs années dans les îles et en Guyane, des retraités qui ne semblaient à première vue pas de grands aventuriers nous racontent leur descente de la Loire intégrale, en canoë!

Le lendemain matin, direction les pistes pour terminer ce week-end, avec un test de l' »airboard » une sorte de longboard des neiges, ou disons une luge gonflable sur laquelle on descend la tête la première. Les sensations de vitesse sont immédiates, les arrêts un peu brusques et le maniement à pleine vitesse m’a semblé un peu aléatoire au début, mais bon la dose d’adrénaline est quand même au rendez-vous. Après, la glisse n’est toujours pas vraiment mon truc, même si les sensations sont assez grisantes. Mais je dois dire que j’ai peut-être autant apprécié la belle vue sur le Sancy éclairé par un beau soleil d’hiver ce matin là que les remontées mécaniques et les descentes tout shuss… Mais il en faut pour tous les goûts et c’est bien la force de ce Sancy, qui peut offrir aussi bien la contemplation, l’activité physique de découverte ou l’ivresse de la glisse. J’y serai bien resté davantage.

www.sancy.com

 

 

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s