Foulées charentonnaises !

Il y avait longtemps que je n’avais pas connu un tel week-end de course à pied: 60 kilomètres et à une intensité moyenne plutôt forte!

Il faut dire que puisque je me suis mis en tête de courir les 80 kilomètres de l’Eco-Trail de Paris, la nécessité de s’entraîner un peu, ou en tous cas d’essayer de se remettre en train après ces 100 kilomètres plus que lents du Liwa et la petite fatigué accumulée là bas, m’est apparue comme une évidence. Et comme les deux prochaines semaines vont être très chargée au niveau professionnel avec de belles balades mais peu propices sans doute à un réel entraînement de coureur, il me fallait profiter de ce week-end pour me concentrer un peu sur cette saine activité.

entrainement eco trail.jpg

J’ai donc répondu à l’invitation de Greg (runner, encore lui!) et de Vincent (Gaudin, Monsieur journal du Trail) pour les rejoindre sur un entraînement-reconnaissance sur le parcours de l’Eco-Trail ce samedi. Lever tôt, RER jusqu’à Versailles et je les retrouve là, en compagnie de Yann Gobert, que j’avais juste croisé quelque fois mais qui s’avère un agréable compagnon de route aussi. Nous partons donc tous les quatre à l’assaut des bois francilien, et alors que nous attaquons les premières bosses du bois de Meudon, nous rencontrons Christian, un coureur versaillais avec qui j’ai partagé l’aventure du Liwa Challenge. Lui aussi victime d’un gros coup de chaud, mais plus sévère que le mien, il avait du abandonner et s’est inscrit, revanchard, sur l’Eco-Trail. Il est tout content de se joindre à nous pour une bonne partie du parcours.

La sortie est agréable, même si mon tendon d’Achille récalcitrant me cause des soucis et que Greg (runner) n’arrête pas d’accélérer… Je ne peux cependant pas me résoudre à le laisser partir dans chaque bosse et plante aussi de sèches accélérations. Du coup, je suis bien fatigué au bout de 25 kilomtres et comme le GPS de Yann s’est un peu emberlificoté, nous parcourons au final 39 kilomètres jusqu’à Saint Cloud. J’ai mal au tendon et les muscles de mes cuisses se rappellent qu’enchaîner ainsi les petites bosses, ça casse!

Néanmoins, le lendemain matin, je repars vers Charenton, cette fois ci en compagnie de ma jolie bretonne qui court également les foulées charentonnaises, sur 15 kilomètres. Le temps de trouver nos dossards et je pars pour un léger échauffement, à travers le bois de Vincennes qui sera notre décor du jour, qui me rassure sur le plan musculaire et m’inquiète sur le plan tendineux.

Je suis assez mal placé sur la ligne de départ et il y a foule, ce qui m’oblige à un premier kilomètres assez irrégulier, avant de trouver mon rythme de croisière. Les sensations ne sont pas si mauvaises même si je suis bien essouflé et que je dois moduler ma pose de pied pour tenter d’avoir le moins mal possible au tendon d’Achille… Je ne jette un oeil à mon chronomètre qu’au bout de 5 kilomètres. 18’30″… Le parcours circule agréablement entre les allées du bois et quelques rues de la ville, offrant de lignes droites où l’on peut bien allonger la foulée. Je m’y emploie!

Certes je vais un peu ralentir, mais pas trop. Je passe au 10e kilomètre en 37’34 », accompagné par Ben, un copain traileur venu s’entraîner, et encouragé par Stéphane Aïtassat, puis m’accroche pour finir tout de même en 56′ 47″, ce qui au vu de mon entraînement et de mes moyens actuels n’est pas si mal, surtout après un week-end bien chargé!

Sur la ligne, j’échange un peu avec l’ami Chauchau (Dominique Chauvelier) qui est surpris par ma vitesse tout de même encore assez correcte après tant de longs parcours et sans entraînement spécifique. Ca me fait toujours plaisir!

Je retourne quelques hectomètres en arrière ensuite, pour accompagner ma jolie bretonne, escortée par l’ami Ben toujours à l’entraînement, sur sa fin de course, qu’elle boucle avec le sourire. Le temps de récupérer un peu et de discuter avec ses collègues venus également se dépenser sur ces quinze bornes charentonaises, et il est temps de conclure ce beau week-end parisien dédié à la balade à grande vitesse! Un peu plus tard, c’est un train également à grande vitesse qui m’emmène vers le sud de la France pour une semaine dédié à un shooting pour mon partenaire de randonnée et d’aventures, Lafuma.

http://www.lesfouleescharentonnaises.com/#!photos/j69xx


2 réflexions sur “Foulées charentonnaises !

  1. Hello Sylvain, c est marrant, je suis passé à côté de vous pile quand vous finissiez à saint cloud. Je vous ai reconnu, célébrité oblige.

    Je suis assez bluffé par votre sortie du dimanche, j ignorais cette capacité à cavaler comme un cadet.

    Tout le meilleur pour la suite,

    Un traileur enthousiaste.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s