Cami de Sant Jaume, Jour 1 : de la mer à Figueres!

Il n’est pas très tôt ce matin lorsque nous abordons l’entrée du sentier qui part de Llanca pour rejoindre l’abbaye de San Pere de Rodes. Nous avons d’abord pris un petit déjeuner à l’excellent hôtel La Goleta , où nous avions dormi, puis fait un petit bout de route pour rejoindre le départ du chemin depuis le port. Nous commençons d’ailleurs notre Cami de Sant Jaume par une petite infidélité au tracé officiel qui s’élance depuis la ville voisine de El Port de la Selva en préférant grimper directement de Llanca et rejoindre la voie jacquaire au monastère, mais c’est bien le même environnement et la même grimpette qui nous attendent. La distance est aussi un peu plus longue de Llanca, mais le choix s’imposait après avoir dormi là.


Peu importe finalement, nous retiendrons de ce début de grande balade que les premiers kilomètres étaient bien jolis (sur le GR11 en fait) et que les bords du sentier étaient fleuris. Nous découvrons en montant les lacets à la fois de belles vues sur les montagnes autour et sur la mer que nous surplombons bientôt. Le ciel se couvre malheureusement avant notre arrivée au monastère, que nous ne ferons qu’entre-apercevoir , même à l’entrée.
Comme l’étape est assez longue et que le brouillard nous gâche la vue, nous ne nous attardons pas si longtemps sur ces hauteurs. Un peu plus loin, l’ermitage de Santa Helena se montre sur un jour un peu plus favorable. Le site de Mas Ventos, quelques kilomètres après, nous délivre aussi un beau panorama plus dégagé. Le soleil est revenu lorsque nous abordons la longue descente qui nous mène à Pau, tout en bas dans la vallée.
Arrivés là, après une pause pique-nique tout de même bien méritée, nous poursuivons notre marche sur un terrain plus plat, à travers les villages et les vignes. C’est loin d’être désagréable, d’autant plus que le paysage nous offre encore de belles vues sur les Pyrénnées. Le soleil tape un peu plus fort, mais c’est pile la température agréable pour marcher. Nous regardons aussi quelques forts belles églises. Un peu plus loin, aux limites du parc d’un château, nous croisons de nombreux nids de cigognes et admirons le ballet des grands oiseaux autour de leurs constructions. Curieusement, de jolies peruches vertes s’ébattent par là aussi.

L3610196
L’entrée de Figueres se précise: après un passage devant la belle église et le monastère roman de Villabertran, nous abordons un gros kilomètre plus tard les rues de la ville de Dali. Il est juste un peu trop tard pour visiter le théâtre-musée dédié au grand surréaliste, mais nous avons plutôt bien marché et la journée fut belle! Une petite bière en terrasse est la bienvenue pour fêter notre arrivée (ça boit les jolies bretonnes ;-)) avant de nous diriger tranquillement vers l’hôtel Duran. C’était le restaurant préféré du maître catalan et j’ai déjà eu l’occasion d’y manger: le lieu conserve l’esprit du grand peintre!

L3610211


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s