Cami de Sant Jaume : jour 12. De la pluie au bar Modern.

Lorsque je repars de Cervera, après avoir pris un bon petit déjeuner chez les sœurs, le temps a complètement changé depuis la veille. Il pleut à torrent et ma journée s’annonce donc sous des conditions bien plus rudes. Car non seulement il pleut mais la température ressentie n’est pas digne d’une fin avril en Catalogne. J’ai trois épaisseurs, dont une polaire et une bonne Gore Tex sur moi et je n’ai encore pas bien chaud.
Pourtant, je cours la descente pour sortir de la ville et poursuis en trottinant une fois que j’ai retrouvé les chemins de la campagne de la Segarra.


Le vent est froid, la pluie se calme puis revient plus forte par saccades. Le sol bien entendu est déjà plus boueux. Le ciel est bien bouché : on m’avait conseillé un détour pour aller voir le lac de , mais je vais filer droit.
Le paysage, pour ce que j’en vois, est assez semblable à la veille dans l’après midi : une plaine, avec quelques collines au milieu de terres agricoles. Je passe vite à Terrassa, où je m’égare un peu, puis une zone industrielle me conduit à la ville suivante. Je vais m’arrêter déjeuner là.
Le petit bar/restaurant est typique des établissements de petites villes peu touristiques : ce n’est pas cher, plutôt bon et local. La boisson du menu: VI et gaseos, c’est à dire du vin rouge, de « première qualité » que l’on peut couper à volonté avec de la limonade, fournie dans une bouteille complémentaire.
Le dessert me réserve une autre surprise : la « Music » , j’avais compris que c’était des « frutos secos », mais je n’avais pas compris qu’ils étaient complétés par un verre de vin cuit. Ma foi, vu le temps qu’il fait dehors, cela me réchauffe !


Je prends bien mon temps dans ce sympathique établissement car comme mon étape n’est pas très longue et que j’ai couru une bonne partie du temps ce matin, je ne suis qu’à une petite dizaine de kilomètres de mon but du jour.
Je repars sous une pluie bien plus fine. Encore des champs et j’aborde donc la petite localité de, dans laquelle je trouve le bar Modern, où l’on me donne très aimablement la clé du refuge de pèlerin en m’expliquant sa localisation.
Le refuge est plutôt modeste, il ressemble à un vestiaire de football avec des lits, mais ça ira bien pour cette nuit. J’y serai seul, donc pas de ronfleurs à craindre.
Toutefois, je préfère passer la fin de l’ après-midi et la soirée dans la chaleur et l’ambiance du bar Modern. J’en profite pour travailler un peu et avancer mes articles avant de dîner et de discuter avec les patrons de l’établissement, plein de gentillesse et d’attentions pour les pèlerins. Josep, le maître des lieux, a longtemps conduit un camion à travers l’Europe et le monde entier. Aujourd’hui, il est heureux d’accueillir les marcheurs de passage, et venus des quatre coins de la planète, dans son chaleureux café. Lorsque j’en ressors pour regagner l’auberge, la nuit est claire et la pluie a cessé. Demain je vais terminer mon pèriple à travers la belle Catalogne en allant jusqu’à Lleida.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s