Indre à vélo: voyage bucolique au bord de l’eau.

Ce deuxième jour sur l’Indre à vélo nous a d’abord accueilli par la douceur d’un clair lever de soleil sur la campagne de l’Indre et sur le beau jardin de notre hôtel de l’Hermitage , qui est décidément un havre de paix délicieux.

dsc_0342
Mais nous avons tout de même quelques kilomètres à notre programme du jour. Le petit déjeuner apprécié, nous enfourchons nos vélos pour nous échapper sur des routes toutes aussi paisibles. La nature, au fil de la rivière, est douce. Tout ici semble hospitalier, surtout sous le soleil de cette belle journée d’automne. Il fait un peu frais, c’est agréable de pédaler. Le parcours est vallonné lorsque nous arrivons devant le village de Palluau, construit autour de son château, sur une éminence dominant la vallée.
Les maisons y sont également bien belles et l’ensemble est charmant. Nous nous arrêtons d’abord devant le prieuré Saint Laurent, qui renferme de très intéressantes fresques romanes du XIIe siècle. Elles sont dans un état de conservation vraiment exceptionnel.
Ensuite, quelques coups de pédales en forte pente nous amènent devant le château. Monsieur Ait, grand passionné d’histoire locale et ancien président de l’Office de Tourisme de la commune, nous y attend pour nous offrir une visite très complète de l’édifice.
Ce château, typique de la Renaissance même si il est construit sur la base d’un château fort médiéval, a longtemps abrité une famille reste plus célèbre de l’autre côté de l’Atlantique. Son plus fameux représentant, Louis Buade de Frontenac , fut en effet un personnage marquant de l’épopée française au Québec. Envoyé là par Louis XIV, il défendit victorieusement la nouvelle France face aux anglais et gouverna longtemps la province, jusqu’à sa mort en . il reste une figure historique connue au Québec. Dans le parc, une reconstitution de villages de pionniers, ainsi qu’un village amérindien, rappelle ces épisodes. Ils me rappellent aussi les reconstitutions très identiques que j’ai vu tout récemment au zoo sauvage de Saint Félicien, là bas.
Le château est encore en grands travaux de restauration après des décennies d’abandon et de mauvais traitement. Mais l’intérieur de l’aile principale a, grâce aux nouveaux propriétaires, la famille Morvan, déjà retrouvé de sa splendeur passée. C’est très bien meublé et le décor est choisi.

dsc_0361
Après cette intéressante visite, nous repartons vers le village pour déjeuner à l’auberge locale. Simple et bon. De quoi avoir toute l’énergie nécessaire pour pédaler tout l’après midi à travers les beaux villages et la campagne souriante de ces bords de l’Indre. La Touraine s’annonce bientôt et le décor est toujours aussi aimable.
L’arrivée sur Loches est tout aussi bucolique et nous offre déjà, à travers une belle prairie, une belle vue l’inestimable ensemble architecturale de la cité. Notre hébergement du soir, si il n’est pas tout à fait aussi charmant que le précédent, est construit sur l’ancien moulin de la ville et nous fait admirer une vue  vraiment imprenable sur la cité royale.

dsc_0404

Après un succulent dîner dans la vieille ville, à deux pas, au restaurant Galerie B. , nous nous promenons à travers les ruelles médiévales. L’éclairage très étudié met particulièrement en valeur l’architecture et l’ensemble est d’une rare harmonie. Décidément, cet Indre à vélo nous réserve de belles surprises, tant sur le plan naturel que patrimonial.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s