Marathon de la Loire: 42, 195 kms au bord du plus beau fleuve de France.

Tout s’enchaîne vite dans mon calendrier en ce mois d’Avril. A peine rentré de Taïwan (je vous livrerai d’autres images de ce voyage et un montage vidéo ici même très bientôt), un aller-retour dans la semaine vers les Alpes et me voici en ce dimanche matin sur les rives de la Loire, à Saumur, pour courir la première édition du Marathon de la Loire. 

Après trois semaines presque sans courir, même si j’ai maintenu une activité sportive assez intense, improviser un marathon sans aucune préparation spécifique était sans doute risqué. Pas tant pour la performance – ce n’est pas bien grave – mais pour la souffrance qui n’allait sans doute pas manquer d’arriver au fil des kilomètres.

Un temps frais, légèrement couvert mais qui promettait d’être vite ensoleillé, régnait sur les quais de Loire lorsque je me dirigeais, en compagnie de 2200 autres coureurs, vers la ligne de départ de ce marathon de la Loire. Est-ce l’ambiance, les réflexes conditionnés, le simple fait de me sentir finalement assez bien ? Après quelques mètres bien prudents je remontais fort pour finalement me placer dans un petit groupe où se trouvent la 2e et la 3e femme. Ce départ bien imprudent allait bien sûr me compliquer largement la tâche sur la deuxième partie de course.

Néanmoins, je maintenais le rythme de croisière de 15 km / h sans aucun problème pendant la première heure. Les kilomètres, vraiment agréables sur ce parcours qui suit de près celui de la Loire à vélo, défilent vite. Je commence presque à croire que je vais tenir la distance…

Mais au bout de quelques temps, ça se corse nettement. Je passe le semi en 1h24, poursuit à cette allure encore quelques kilomètres, puis ma foulée change, j’ai de plus en plus de mal à avancer. J’essaie bien de me concentrer davantage sur le beau paysage, sur la file de canoë qui nous croisent (une épreuve mixte canoë / course à pied est organisée aussi), mais rien n’y fait.

De retour à Saumur, pour les 6 derniers kilomètres, je n’avance plus du tout. Heureusement mon ami photographe Richard descend très gentiment de sa moto pour trottiner à mes côtés pendant un douloureux kilomètres, puis je reçois les encouragements d’une belle foule dans le centre-ville, ce qui me maintient sur mes deux pieds. Mon frère et ma jolie bretonne sont là aussi.

3929

Mais c’est vraiment au ralenti que je franchis la ligne, au bout de 3h14 d’efforts. J’ai les pieds décorées de forts jolies ampoules, telles que je n’en avais pas vu depuis longtemps!

Mais le plaisir de découvrir cette nouvelle et belle épreuve, sur un parcours exceptionnellement beau et bucolique, tout à fait propice à la performance, restera comme le grand souvenir de cette journée marathonienne.


Une réflexion sur “Marathon de la Loire: 42, 195 kms au bord du plus beau fleuve de France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s