En route pour St Guilhem !

Après une semaine très dense passée à Chamonix pour couvrir l’UTMB (et faire un peu de promotion pour la nouvelle gamme trail de On Running), je vais retrouver la quiétude des sentiers.

C’est que l’UTMB, événement d’envergure internationale maintenant, ce n’est pas spécialement calme. Surtout quand on traîne beaucoup, comme je l’ai fait cette fois-ci, dans les allées du salon et les rues animées.

Après avoir bien profité de l’effervescence, revu de nombreux amis, encouragé et aussi pas mal travaillé, j’avais presque hâte de retrouver un environnement moins surpeuplé.

Un passage éclair par Paris, où j’ai le grand regret de laisser ma jolie bretonne, et je repars donc vers les grands espaces de l’Aubrac.

Dans le métro, mon accoutrement de randonneur au long cours dénote curieusement. Je me sentirai plus « raccord » dans le Massif Central!

Un voyage en train, sur une ligne que je connais bien, m’amène à Clermont-Ferrand. Un train qui ne va pas très vite, comme annonciateur de mon voyage à pied. Je ne vais pas parcourir ici une région à grande vitesse. Mais ça a du charme.

Le bus que je prends directement à Clermont me rappelle aussi la chance du voyageur en France, ce merveilleux pays où l’on peut aller partout ou presque en transports en commun. Il faut certes avoir le temps, mais pour se rendre au départ d’une randonnée itinérante c’est inestimable. Et ça n’existe pas partout dans le monde, croyez moi.

J’atteins ainsi Aumont Aubrac. Cette petite cité, aux confins de l’Aubrac et de la Margeride, se souvient encore de la bête du Gévaudan, dont je rencontre l’effigie partout. Me voici donc en Lozère, ce département si mineure pour l’économie et si majeure pour la randonnée.

Aumont Aubrac semble d’ailleurs beaucoup vivre avec le tourisme pédestre. La ville est loin d’être morte en ce soir de septembre. Pas mal de restaurants, des boutiques de souvenirs et d’artisanats comme on en voit qu’ici, des gîtes, même un magasin de randonnée.

Il faut dire qu’on est ici à la croisée des chemins : le Saint-Jacques passe ici, tout comme le tour de l’Aubrac. Et donc, je suis au départ du St Guilhem.

Je me remémore mon dernier passage ici. C’était en 2012, sur mon premier voyage vers St Jacques. Ma première étape après le Puy en Velay. Un voyage inoubliable qui a changé ma vie, sans doute.

Je me souviens de ma traversée de l’Aubrac le lendemain. C’était mon anniversaire et un beau jour de mai.

Demain, j’y retourne !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s