Un petit tour dans Saint Guilhem le Désert.

Ce qui fait la beauté d’un chemin, c’est aussi sa destination finale. On arrive quelque part, et c’est mieux si ce lieu est marquant.

Je pense d’ailleurs que le succès des chemins de St Jacques tient aussi à la beauté de la cité galicienne. La Via Francigena aboutit à Rome, rien que ça. Le chemin de Saint Patrick amène à la tombe du Saint en question, et dans une ville sympathique. Inutile de dire que je n’ai pas eu la même sensation d’accomplissement en arrivant à Brindisi, sur la Via Francigena nel Sud, qui semble plus être une impasse, ou même sur le chemin des 88 temples au Japon, puisque le fait de faire le tour d’une île implique un simple retour au départ (mais c’est une autre conception, intéressante également).

En tous les cas, arriver à St Guilhem récompense bien des efforts consentis pour y arriver. Hier soir, j’avais déjà parcouru les ruelles du village en compagnie de Jérôme, un voyageur auvergnat rencontré la veille. Les lumières des lampadaires donnaient un cachet particuliers à certains éléments d’architecture et tout était calme.

Ce matin, j’ai encore pris le temps d’admirer les ruelles et l’abbatiale. En flânant, comme tout bon voyageur à pied parvenu à destination.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s